Articles

Introduction à la Psychologie – 1ère Édition canadienne

Bien que l’utilisation de drogues psychoactives puisse facilement et profondément changer notre expérience de conscience, nous pouvons également — et souvent plus en toute sécurité — modifier notre conscience sans drogues. Ces états de conscience altérés sont parfois le résultat d’activités simples et sûres, telles que dormir, regarder la télévision, faire de l’exercice ou travailler sur une tâche qui nous intrigue. Dans cette section, nous examinons les changements de conscience qui se produisent par l’hypnose, la privation sensorielle et la méditation, ainsi que par d’autres mécanismes non induits par la drogue.

Changer le comportement par la Suggestion: Le pouvoir de l’Hypnose

Franz Anton Mesmer (1734-1815) était un médecin autrichien qui croyait que tous les corps vivants étaient remplis d’énergie magnétique (Figure 6.13). Dans sa pratique, Mesmer passait des aimants sur le corps de ses patients tout en leur disant que leurs problèmes physiques et psychologiques disparaîtraient. Les patients sont souvent tombés dans un état de transe (on disait qu’ils étaient « hypnotisés”) et ont déclaré se sentir mieux à leur réveil (Hammond, 2008).

""
Figure 6.13 Portrait de Franz Anton Mesmer.

Bien que des recherches ultérieures testant l’efficacité des techniques de Mesmer n’aient pas trouvé d’améliorations durables chez ses patients, l’idée que les expériences et les comportements des gens pourraient être modifiés par le pouvoir de la suggestion est restée importante en psychologie. James Braid, un médecin écossais, a inventé le terme hypnose en 1843, en le basant sur le mot grec pour le sommeil (Callahan, 1997).

L’hypnose est un état de conscience semblable à une transe, généralement induit par une procédure appelée induction hypnotique, qui consiste en une suggestibilité accrue, une relaxation profonde et une concentration intense (Nash&Barnier, 2008). L’hypnose est devenue célèbre en partie grâce à son utilisation par Sigmund Freud dans une tentative de rendre les désirs et les émotions inconscients conscients et donc capables d’être considérés et confrontés (Baker & Nash, 2008).

Parce que l’hypnose est basée sur le pouvoir de la suggestion, et parce que certaines personnes sont plus suggestibles que d’autres, ces personnes sont plus facilement hypnotisées. Hilgard (1965) a constaté qu’environ 20% des participants qu’il testait étaient totalement insensibles à l’hypnose, alors qu’environ 15% y étaient très sensibles. Les meilleurs participants à l’hypnose sont des personnes désireuses ou désireuses d’être hypnotisées, capables de concentrer leur attention et de bloquer la conscience périphérique, ouvertes à de nouvelles expériences et capables de fantaisie (Spiegel, Greenleaf, & Spiegel, 2005).

Les personnes qui veulent devenir hypnotisées sont motivées à être de bons sujets, à être ouvertes aux suggestions de l’hypnotiseur et à remplir le rôle d’une personne hypnotisée telle qu’elles le perçoivent (Spanos, 1991). L’état hypnotisé résulte d’une combinaison de conformité, de relaxation, d’obéissance et de suggestion (Fassler, Lynn, &Knox, 2008). Cela n’indique pas nécessairement que les personnes hypnotisées « simulent” ou mentent sur le fait d’être hypnotisées. Kinnunen, Zamansky et Block (1994) ont utilisé des mesures de la conductance cutanée (qui indique la réponse émotionnelle en mesurant la transpiration, et en fait donc un indicateur fiable de tromperie) pour vérifier si les personnes hypnotisées mentaient sur le fait d’avoir été hypnotisées. Leurs résultats suggèrent que près de 90% de leurs sujets soi-disant hypnotisés croyaient vraiment qu’ils avaient été hypnotisés.

Une idée fausse courante à propos de l’hypnose est que l’hypnotiseur est capable de « prendre le contrôle” des patients hypnotisés et peut ainsi leur ordonner de se livrer à des comportements contre leur volonté. Bien que les personnes hypnotisées soient suggestibles (Jamieson &Hasegawa, 2007), elles conservent néanmoins la conscience et le contrôle de leur comportement et peuvent refuser de se conformer aux suggestions de l’hypnotiseur s’ils le souhaitent (Kirsch &Braffman, 2001). En fait, les personnes qui n’ont pas été hypnotisées sont souvent tout aussi suggestibles que celles qui l’ont été (Orne &Evans, 1965).

Une autre croyance commune est que les hypnotiseurs peuvent amener les gens à oublier les choses qui leur sont arrivées pendant qu’ils étaient hypnotisés. Hilgard et Cooper (1965) ont étudié cette question et ont découvert qu’ils pouvaient amener les personnes très sensibles à l’hypnose à montrer au moins certains signes d’amnésie post-hypnotique (c’est-à-dire oublier où elles avaient appris des informations qui leur avaient été dites pendant qu’elles étaient sous hypnose), mais que cet effet n’était ni fort ni commun.

Certains hypnotiseurs ont essayé d’utiliser l’hypnose pour aider les gens à se souvenir d’événements, tels que des expériences d’enfance ou des détails de scènes de crime, qu’ils ont oubliés ou refoulés. L’idée est que certains souvenirs ont été stockés mais ne peuvent plus être récupérés, et que l’hypnose peut aider au processus de récupération. Mais la recherche révèle que cela ne réussit pas: les personnes hypnotisées puis invitées à revivre leur enfance agissent comme des enfants, mais elles ne se souviennent pas avec précision des choses qui leur sont arrivées dans leur propre enfance (Silverman & Retzlaff, 1986). De plus, la suggestibilité produite par l’hypnose peut amener les gens à se rappeler à tort des expériences qu’ils n’ont pas eues (Newman &Baumeister, 1996). De nombreux États et juridictions ont donc interdit l’utilisation de l’hypnose dans les procès criminels car les « preuves” récupérées par l’hypnose sont susceptibles d’être fabriquées et inexactes.

L’hypnose est également fréquemment utilisée pour tenter de modifier les comportements indésirables, tels que réduire le tabagisme, la suralimentation et l’abus d’alcool. L’efficacité de l’hypnose dans ces domaines est controversée, bien qu’au moins certains succès aient été rapportés. Kirsch, Montgomery et Sapirstein (1995) ont constaté que l’ajout d’hypnose à d’autres formes de thérapie augmentait l’efficacité du traitement, et Elkins et Perfect (2008) ont rapporté que l’hypnose était utile pour aider les gens à arrêter de fumer. L’hypnose est également efficace pour améliorer les expériences des patients souffrant de troubles anxieux, tels que le trouble de stress post-traumatique (SSPT) (Cardena, 2000; Montgomery, David, Winkel, Silverstein, &Bovbjerg, 2002) et pour réduire la douleur (Montgomery, DuHamel, &Redd, 2000; Patterson &Jensen, 2003).

Réduire la Sensation pour altérer la Conscience: Privation sensorielle

La privation sensorielle est la réduction intentionnelle de stimuli affectant un ou plusieurs des cinq sens, avec la possibilité d’entraîner des changements de conscience. La privation sensorielle est utilisée à des fins de relaxation ou de méditation et dans des programmes de soins de santé physique et mentale pour produire des changements agréables de conscience. Mais lorsque la privation est prolongée, elle est désagréable et peut être utilisée comme moyen de torture.

Bien que les formes les plus simples de privation sensorielle ne nécessitent rien de plus qu’un bandeau pour bloquer le sens de la vue de la personne ou des cache-oreilles pour bloquer le sens du son, des dispositifs plus complexes ont également été conçus pour couper temporairement les sens de l’odorat, du goût, du toucher, de la chaleur et de la gravité. En 1954, John Lilly, neurophysiologiste à l’Institut national de la Santé mentale, a développé le réservoir de privation sensorielle. Le réservoir est rempli d’eau à la même température que le corps humain et des sels sont ajoutés à l’eau pour que le corps flotte, réduisant ainsi le sens de la gravité. Le réservoir est sombre et insonorisé, et l’odorat de la personne est bloqué par l’utilisation de produits chimiques dans l’eau, tels que le chlore.

""
Figure 6.14 Réservoir de privation sensorielle.

Le réservoir de privation sensorielle a été utilisé pour la thérapie et la relaxation (Figure 6.14). Dans une séance typique à des fins de guérison et de méditation alternatives, une personne peut se reposer dans un réservoir d’isolement jusqu’à une heure. Il a été démontré que le traitement dans des réservoirs d’isolement aide à résoudre divers problèmes médicaux, notamment l’insomnie et les douleurs musculaires (Suedfeld, 1990b; Bood, Sundequist, Kjellgren, Nordström, & Norlander, 2007; Kjellgren, Sundequist, Norlander, & Archer, 2001 ), des maux de tête (Wallbaum, Rzewnicki, Steele, &Suedfeld, 1991) et des comportements addictifs tels que le tabagisme, l’alcoolisme et l’obésité (Suedfeld, 1990a).

Bien que des séances de privation sensorielle relativement courtes puissent être relaxantes et bénéfiques à la fois mentalement et physiquement, une privation sensorielle prolongée peut entraîner des troubles de la perception, y compris de la confusion et des hallucinations (Yuksel, Kisa, Aydemir, &Goka, 2004). C’est pour cette raison que la privation sensorielle est parfois utilisée comme instrument de torture (Benjamin, 2006).

Méditation

La méditation fait référence à des techniques dans lesquelles l’individu se concentre sur quelque chose de spécifique, tel qu’un objet, un mot ou sa respiration, dans le but d’ignorer les distractions extérieures, de se concentrer sur son état interne et d’atteindre un état de relaxation et de bien-être. Les adeptes de diverses religions orientales (Hindouisme, bouddhisme et Taoïsme) utilisent la méditation pour atteindre un état spirituel supérieur, et les formes populaires de méditation en Occident, telles que le yoga, le Zen et la méditation transcendantale, sont issues de ces pratiques. De nombreuses techniques méditatives sont très simples. Vous devez simplement vous asseoir dans une position confortable les yeux fermés et pratiquer une respiration profonde. Vous voudrez peut-être l’essayer par vous-même (voir le clip vidéo: « Essayez la méditation”).

Voici un exercice de méditation simple que vous pouvez faire chez vous: Regardez: Essayez la méditation

Des études d’imagerie cérébrale ont indiqué que la méditation est non seulement relaxante, mais peut également induire un état de conscience altéré (Figure 6.15). Cahn et Polich (2006) ont constaté que les méditants expérimentés dans un état méditatif avaient des ondes alpha et thêta plus importantes, et d’autres études ont montré des baisses de la fréquence cardiaque, de la conductance cutanée, de la consommation d’oxygène et de l’élimination du dioxyde de carbone pendant la méditation (Dillbeck, Cavanaugh, Glenn, & Orme-Johnson, 1987; Fenwick, 1987). Ces études suggèrent que l’action de la division sympathique du système nerveux autonome (SNA) est supprimée pendant la méditation, créant un état physiologique plus détendu lorsque le méditant passe à des états de relaxation et de conscience plus profonds.

Une femme médite dans un parc.
Figure 6.15 Exercice de méditation. La recherche a révélé que la méditation régulière a des effets physiologiques et psychologiques positifs.

La recherche a montré que la méditation régulière peut médier les effets du stress et de la dépression et favoriser le bien-être (Grossman, Niemann, Schmidt, &Walach, 2004; Reibel, Greeson, Brainard, &Walach, 2004; Reibel, Greeson, Brainard, & Rosenzweig, 2001; Salmon et al., 2004). Il a également été démontré que la méditation aide à contrôler la pression artérielle (Barnes, Treiber, &Davis, 2001; Walton et al., 2004). Une étude de Lyubimov (1992) a montré que pendant la méditation, une plus grande zone du cerveau réagissait aux stimuli sensoriels, suggérant qu’il y a une plus grande coordination entre les deux hémisphères cérébraux à la suite de la méditation. Lutz, Greischar, Rawlings, Ricard et Davidson (2004) ont démontré que ceux qui méditent régulièrement (par opposition à ceux qui ne le font pas) ont tendance à utiliser une plus grande partie de leur cerveau et que leurs ondes gamma sont plus rapides et plus puissantes. Et une étude des moines bouddhistes tibétains qui méditent quotidiennement a révélé que plusieurs zones du cerveau peuvent être modifiées de manière permanente par la pratique à long terme de la méditation (Lutz et al. 2004).

Il est possible que les effets positifs de la méditation puissent également être trouvés en utilisant d’autres méthodes de relaxation. Bien que les défenseurs de la méditation prétendent que la méditation permet aux gens d’atteindre une conscience plus élevée et plus pure, peut-être que tout type d’activité qui calme et détend l’esprit, comme travailler sur des mots croisés, regarder la télévision ou des films, ou adopter d’autres comportements appréciés, pourrait être tout aussi efficace pour créer des résultats positifs. Indépendamment du débat, il reste que la méditation est, à tout le moins, une stratégie de relaxation valable.

La psychologie au quotidien: Le besoin d’échapper à la conscience quotidienne

Nous pouvons consommer des drogues récréatives, boire de l’alcool, trop manger, avoir des relations sexuelles et jouer pour le plaisir, mais dans certains cas, ces comportements normalement agréables sont abusés, entraînant des conséquences extrêmement négatives pour nous. Nous appelons souvent l’abus de tout type de comportement agréable une « dépendance”, tout comme nous nous référons à la dépendance à la drogue ou à l’alcool.

Roy Baumeister (Baumeister, 1991) a soutenu que le désir d’éviter de penser à soi (ce qu’il appelle « l’évasion de la conscience”) est une composante essentielle d’une variété de comportements autodestructeurs. Leur approche est basée sur l’idée que la conscience implique la conscience de soi, le processus de réflexion et d’examen du soi. Normalement, nous aimons être conscients de nous-mêmes, alors que nous réfléchissons à nos relations avec les autres, à nos objectifs et à nos réalisations. Mais si nous avons un revers ou un problème, ou si nous nous comportons d’une manière que nous jugeons inappropriée ou immorale, nous pouvons nous sentir stupides, embarrassés ou inamovibles. Dans ces cas, la conscience de soi peut devenir lourde. Et même si rien de particulièrement grave ne se passe en ce moment, la conscience de soi peut toujours sembler désagréable parce que nous avons des craintes sur ce qui pourrait nous arriver ou sur les erreurs que nous pourrions commettre à l’avenir.

Baumeister soutient que lorsque la conscience de soi devient désagréable, le besoin d’oublier les aspects négatifs du soi peut devenir si fort que nous nous tournons vers des états de conscience altérés. Baumeister croit que dans ces cas, nous échappons au moi en rétrécissant notre attention sur une action ou une activité particulière, ce qui nous empêche de penser à nous-mêmes et aux implications de divers événements pour notre concept de soi.

Baumeister a analysé une variété de comportements autodestructeurs en termes de désir d’échapper à la conscience. Le plus évident est peut—être le suicide – le comportement ultime d’autodestruction et la solution ultime pour échapper aux aspects négatifs de la conscience de soi. Les personnes qui se suicident sont normalement déprimées et isolées. Ils se sentent mal dans leur peau et le suicide est un soulagement des aspects négatifs de l’auto-réflexion. Le comportement suicidaire est souvent précédé d’une période de fonctionnement cognitif étroit et rigide qui sert à échapper à la vision très négative de soi provoquée par des revers ou des traumatismes récents (Baumeister, 1990).

L’abus d’alcool peut également permettre d’échapper à la conscience de soi en interférant physiquement avec le fonctionnement cognitif, ce qui rend plus difficile le rappel des aspects de notre conscience de soi (Steele&Josephs, 1990). Et le tabagisme peut attirer les gens en tant que distracteur de bas niveau qui les aide à échapper à la conscience de soi. Heatherton et Baumeister (1991) ont soutenu que l’hyperphagie alimentaire est un autre moyen d’échapper à la conscience. Les mangeurs de frénésie, y compris ceux qui souffrent de boulimie mentale, ont des normes inhabituellement élevées pour soi, y compris le succès, la réussite, la popularité et la minceur du corps. En conséquence, ils ont du mal à respecter ces normes. Parce que ces personnes s’évaluent selon des critères exigeants, elles auront tendance à manquer périodiquement. Se concentrer sur l’alimentation, selon Heatherton et Baumeister, est un moyen de se concentrer uniquement sur une activité particulière et d’oublier les aspects plus larges et négatifs de soi.

La suppression de la conscience de soi a également été décrite comme la partie essentielle de l’attrait du masochisme, dans lequel les gens s’engagent dans l’esclavage et d’autres aspects de la soumission. Les masochistes sont souvent attachés à l’aide de cordes, d’écharpes, de cravates, de bas, de menottes et de gags, et le résultat est qu’ils ne se sentent plus maîtres d’eux-mêmes, ce qui les soulage des fardeaux de soi (Baumeister, 1991).

Newman et Baumeister (1996) ont soutenu que même la croyance que l’on a été enlevé par des extraterrestres peut être motivée par la nécessité d’échapper à la conscience quotidienne. Chaque jour, au moins plusieurs centaines (et plus probablement plusieurs milliers) d’Américains affirment être enlevés par ces étrangers, bien que la plupart de ces histoires se produisent après que les individus ont consulté un psychothérapeute ou quelqu’un d’autre qui croit à l’enlèvement par des étrangers. Encore une fois, Baumeister a trouvé un certain nombre d’indications que les personnes qui croient avoir été enlevées peuvent utiliser la croyance comme un moyen d’échapper à la conscience de soi.

Points clés

  • L’hypnose est un état de conscience semblable à une transe consistant en une susceptibilité accrue, une relaxation profonde et une concentration intense.
  • L’hypnose n’est pas utile pour aider les gens à se souvenir d’événements passés, mais elle peut être utilisée pour soulager l’anxiété et la douleur.
  • La privation sensorielle est la réduction intentionnelle de la stimulation à un ou plusieurs des sens. Il peut être utilisé en thérapeutique pour traiter l’insomnie, la tension musculaire et la douleur.
  • La méditation fait référence à une gamme de techniques qui peuvent créer de la relaxation et du bien-être.

Exercices et Pensée critique

  1. Pensez-vous que vous seriez un bon candidat pour l’hypnose? Pourquoi ou pourquoi pas ?
  2. Essayez l’exercice de méditation dans cette section pendant trois jours consécutifs. Vous sentez-vous différent quand ou après avoir médité?

Baker, E. L., &Nash, MR (2008). Approches psychanalytiques de l’hypnose clinique. Dans M. R. Nash & A. J. Barnier (Éd.), The Oxford handbook of hypnosis: Theory, research, and practice (pp. 439-456). New York, États-Unis: Presse de l’Université d’Oxford.

Barnes, V. A., Treiber, F., &Davis, H. (2001). Impact de la Méditation Transcendantale® sur la fonction cardiovasculaire au repos et pendant le stress aigu chez les adolescents ayant une pression artérielle normale élevée. Journal de recherche psychosomatique, 51 (4), 597-605.

Baumeister, R. (1990). Le suicide comme évasion de soi. Revue psychologique, 97(1), 90-113.

Baumeister, R. F. (1991). Échapper au moi: alcoolisme, spiritualité, masochisme et autres vols du fardeau de l’individualité. New York, NY: Livres de base.

Benjamin, M. (2006). La forme de torture préférée de la CIA. Extrait de http://www.salon.com/news/feature/2007/06/07/sensory_deprivation/print.html

Bood, S. Å., Sundequist, U., Kjellgren, A., Nordström, G., &Norlander, T. (2007). Effets du repos de flottation (technique de stimulation environnementale restreinte) sur les douleurs musculaires liées au stress: 33 séances de flottation sont-elles plus efficaces que 12 séances? Comportement social et personnalité, 35 (2), 143-156.

Cahn, B., &Polich, J. (2006). États et traits de méditation: Études EEG, ERP et neuroimagerie. Bulletin psychologique, 132, 180-211.

Callahan, J. (1997). Hypnose : Astuce ou traitement? Vous seriez étonné de ce que les médecins modernes abordent avec un gadget du 18ème siècle. Santé, 11, 52-55.

Cardena, E. (2000). L’hypnose dans le traitement des traumatismes: Une intervention efficace prometteuse, mais pas pleinement prise en charge. Journal International d’Hypnose Expérimentale Clinique, 48, 225-238.

Dillbeck, M. C., Cavanaugh, K. L., Glenn, T., &Orme-Johnson, D. W. (1987). La conscience en tant que champ: La Méditation Transcendantale et le programme TM-Sidhi et les changements dans les indicateurs sociaux. Journal de l’Esprit et du comportement. 8(1), 67–103.

Elkins, G., &Parfait, M. (2008). Hypnose pour des comportements compromettants pour la santé. Dans M. Nash & A. Barnier(Éd.), The Oxford handbook of hypnosis: Theory, research and practice (pp. 569-591). New York, NY : Oxford University Press.

Fassler, O., Lynn, S. J., &Knox, J. (2008). La suggestibilité hypnotique est-elle un trait stable? Conscience et Cognition : Une Revue internationale. 17(1), 240–253.

Fenwick, P. (1987). La méditation et l’EEG. La psychologie de la méditation. Dans M.A. West (Éd.), La psychologie de la méditation (pp. 104-117). Il y a des gens qui ont des problèmes de santé et qui ont des problèmes de santé.

Grossman, P., Niemann, L., Schmidt, S., &Walach, H. (2004). Réduction du stress basée sur la pleine conscience et avantages pour la santé: Une méta-analyse. Journal de Recherche Psychosomatique. 57(1), 35–43.

Hammond, D.C. (2008). L’hypnose comme seule anesthésie pour les chirurgies majeures: Historique &perspectives contemporaines. Journal américain d’Hypnose clinique, 51 (2), 101-121.

Heatherton, T., &Baumeister, R. (1991). La frénésie alimentaire comme échappatoire à la conscience de soi. Bulletin psychologique, 110(1), 86-108.

Hilgard, E. R. (1965). Sensibilité hypnotique. New York, NY: Harcourt, Brace &Monde.

Hilgard, E. R., &Cooper, L. M. (1965). Amnésie post-hypnotique spontanée et suggérée. Journal International d’Hypnose Clinique et expérimentale, 13 (4), 261-273.

Jamieson, G.A., &Hasegawa, H. (2007). Nouveaux paradigmes de la recherche sur l’hypnose. Hypnose et états conscients: La perspective des neurosciences cognitives. Dans G.A. Jamieson (Éd.), Hypnose et états conscients: La perspective des neurosciences cognitives (pp. 133-144). New York, NY : Oxford University Press.

Kinnunen, T., Zamansky, H. S., & Bloc, M. L. (1994). Le sujet hypnotisé ment-il ? Journal de psychologie anormale, 103, 184-191.

Kirsch, I., &Braffman, W. (2001). Suggestibilité imaginative et hypnotisabilité. Directions actuelles en Science psychologique. 10(2), 57–61.

Kirsch, I., Montgomery, G., & Sapirstein, G. (1995). Hypnosis as an adjunct to cognitive-behavioral psychotherapy: A meta-analysis. Journal of Consulting and Clinical Psychology, 63(2), 214–220.

Kjellgren, A., Sundequist, U., Norlander, T., & Archer, T. (2001). Effects of flotation-REST on muscle tension pain. Pain Research & Management, 6(4), 181–189.

Lutz, A., Greischar, L., Rawlings, N., Ricard, M., & Davidson, R. (2004). Les méditants à long terme auto-induisent une synchrone gamma de haute amplitude pendant la pratique mentale. Actes de l’Académie nationale des Sciences, 101, 16369-16373.

Lioubimov, N. N. (1992). Caractéristiques électrophysiologiques du traitement sensoriel et de la mobilisation des réserves cérébrales cachées. 2ème Symposium Russo-Suédois, Nouvelles recherches en Neurobiologie. Moscou, Russie: Académie Russe des Sciences Institut du Cerveau Humain.

Montgomery, G. H., David, D., Winkel, G., Silverstein, J. H., &Bovbjerg, D. H. (2002). L’efficacité de l’hypnose d’appoint chez les patients chirurgicaux: Une méta-analyse. Anesthésie et analgésie, 94 (6), 1639-1645.

Montgomery, G. H., DuHamel, K. N., &Redd, W. H. (2000). Une méta-analyse de l’analgésie induite par hypnose: Quelle est l’efficacité de l’hypnose? Journal International d’Hypnose Clinique et Expérimentale, 48 (2), 138-153.

Nash, M., &Barnier, A. (2008). Le manuel d’hypnose d’Oxford: Théorie, recherche et pratique: New York, NY: Oxford University Press.

Newman, L. S., & Baumeister, R. F. (1996). Toward an explanation of the UFO abduction phenomenon: Hypnotic elaboration, extraterrestrial sadomasochism, and spurious memories. Psychological Inquiry, 7(2), 99–126.

Orne, M. T., & Evans, F. J. (1965). Social control in the psychological experiment: Antisocial behavior and hypnosis. Journal of Personality and Social Psychology, 1(3), 189–200.

Patterson, D. R., & Jensen, M. P. (2003). Hypnosis and clinical pain. Psychological Bulletin, 129(4), 495–521.

Reibel, D. K., Greeson, J. M., Brainard, G. C., &Rosenzweig, S. (2001). Réduction du stress basée sur la pleine conscience et qualité de vie liée à la santé dans une population de patients hétérogène. Psychiatrie de l’hôpital général, 23 (4), 183-192.

Salmon, P., Sephton, S., Weissbecker, I., Hoover, K., Ulmer, C., &Studts, J. L. (2004). Méditation de pleine conscience dans la pratique clinique. Pratique cognitive et comportementale, 11 (4), 434-446.

Silverman, P.S., &Retzlaff, P.D. (1986). Régression des stades cognitifs par l’hypnose: Les stades cognitifs antérieurs sont-ils récupérables? Journal International d’Hypnose Clinique et expérimentale, 34 (3), 192-204.

Spanos, N. P. (1991). Une approche sociocognitive de l’hypnose. Dans S. J. Lynn &J. W. Rhue(Éd.), Théories de l’hypnose: Modèles actuels et perspectives, New York, NY: Guilford Press.

Spiegel, H., Greenleaf, M., & Spiegel, D. (2005). Hypnose. Dans B. J. Sadock &V. A. Sadock (Éd.), Kaplan &Manuel complet de psychiatrie de Sadock. Il s’agit de l’un des plus grands noms de la littérature américaine.

Steele, C., &Josephs, R. (1990). Myopie alcoolique: Ses effets précieux et dangereux. Psychologue américain, 45 (8), 921-933.

Suedfeld, P. (1990a). Stimulation environnementale restreinte et abandon du tabac : Rapport d’étape sur 15 ans. Journal international des Addictions. 25(8), 861–888.

Suedfeld, P. (1990b). Techniques restreintes de stimulation environnementale dans l’amélioration de la santé et la prévention des maladies. Dans K. D. Craig & S.m. Weiss (Éd.), Amélioration de la santé, prévention des maladies et intervention précoce: perspectives biocomportementales (pp. 206-230). New York, NY : Éditions Springer.

Wallbaum, A. B., Rzewnicki, R., Steele, H., &Suedfeld, P. (1991). Relaxation musculaire progressive et thérapie de stimulation environnementale restreinte pour les céphalées de tension chroniques: Une étude pilote. Revue Internationale de Psychosomatique. 38(1–4), 33–39.

Walton, K. G., Fields, J. Z., Levitsky, D. K., Harris, D.A., Pugh, N.D., &Schneider, R. H. (2004). Réduire le risque de cortisol et de MCV chez les femmes ménopausées: Une étude pilote utilisant le programme de méditation transcendantale. Dans R. Yehuda & B. McEwen(Éd.), Biobehavioral stress response: Protective and damaging effects (Annals of the New York Academy of Sciences) (Vol. 1032, p. 211 à 215). New York, NY: Académie des sciences de New York.

Yuksel, F. V., Kisa, C., Aydemir, C., &Goka, E. (2004). Privation sensorielle et troubles de la perception. La Revue canadienne de psychiatrie, 49 (12), 867-868.

Attributions de l’image

Figure 6.13: Franz Anton Mesmer (http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Franz_Anton_Mesmer.jpg) est dans le domaine public.

Figure 6.14: Réservoir de flottaison SMC de SeanMack (http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Flotation_tank_SMC.jpg) utilisé sous licence CC BY SA 3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/deed.en).

Figure 6.15: « Méditer » par RelaxingMusic (http://www.flickr.com/photos/[email protected]/7676623576/in/photostream/) est sous licence CC BY-NC-SA 2.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/2.0/deed.en_CA).